Interview de mm Ilias ZAFEIROPOULOS & Stelios VOGIATZIS de MAZARS Grèce

La société Mazars a participé au forum d’investissement organisé par la Chambre de Commerce France Grèce à Paris en tant que Sponsor Or et à cet occasion, MM Ilias ZAFEIROPOULOS et Stelios VOGIATZIS nous ont accordé un interview très intéressant, portant sur ce que leur participation à ce forum a apporté, tant pour le milieu d’investissement grec que pour la Grèce en général, ainsi que sur les attentes nées et la vision pour une nouvelle Europe. Il va de soi qu’ils n’ont pas manqué de parler de l’actualité, s’exprimant au sujet du coronavirus, et à la nouvelle réalité que celui a provoqué pour l’économie grecque, la solidité de cette dernière ainsi que les défis auxquels feront face les entreprises grecques après la fin de la pandémie.

M. Zafeiropoulos, MAZARS a participé au forum d’investissement à Paris, organisé par la CCIFG. Quelles attentes sont nées suite à cet événement ?

Le forum d’investissement organisé par la Chambre de Commerce France Grèce, en janvier dernier à Paris, et auquel Mazars a participé en tant que Sponsor Or, a été un grand succès.

Il y a eu un grand intérêt non seulement de la part des entreprises grecques qui ont participé, mais aussi de la part des entreprises françaises pour la Grèce, et du gouvernement français, à travers ses représentants à l'événement.

À ce moment particulier, avec ce qui se passait dans l'espace géopolitique élargi, avec d’un côté la Libye et de l’autre côté la signature d'EastMed et les relations avec le pays voisin, c’était l'occasion parfaite pour que le gouvernement grec obtienne le soutien de la société française.

Ce qui a été chaleureusement exprimé aussi bien par le monde des affaires français que par le gouvernement, est la reconnaissance globale que l'économie grecque soit enfin sortie de la crise, et aussi que les entreprises françaises – ayant une vision à long terme, elles sont restées présentes et actives tout au long de la décennie, et avec les conditions qui prévalaient à l'époque – ont manifesté un réel intérêt pour de nouveaux investissements.

Mazars a été représentée au forum de membres haut placés, qui ont constaté qu'il y avait un intérêt direct des entreprises à investir dans l'énergie, la haute technologie et la défense, les infrastructures et les privatisations, et même à financer l’assurance-crédit à l'exportation.

Y-a-t’ il la vision pour une nouvelle Europe ?

Le Ministre des Finances Bruno LE MAIRE, a eu l’opportunité de s’exprimer sur une nouvelle vision, s’adressant à trois directions, les Français, les Grecs et les Européennes. Il y a quand même eu une base commune. Chaque pays individuellement et l'Europe dans son ensemble, doivent agir vers une nouvelle direction. Les entreprises européennes sont désormais en concurrence avec les entreprises chinoises à l'est et les entreprises américaines à l'ouest. Par conséquent, nous devons revoir notre compétitivité. Et pour cela, nous devons réaliser des partenariats commerciaux à travers l'Europe.

Sur le plan de l'économie, il faudrait avoir une impulsion forte qui permettra à l’économie européenne de devenir plus productive. Et cela implique l’abandon de la réduction du déficit à 3,5%.

Il ne faut pas oublier que cette discussion a eu lieu en janvier. Depuis, le coup porté aux économies par le Coronavirus a contraint de la manière la plus difficile à mettre cette discussion à l’ordre du jour et à prendre des décisions immédiates.

En parlant des conditions actuelles provoquées par le Coronavirus, comment voyez-vous la solidité de l’économie grecque?

Malheureusement, depuis le début du mois de mars, nous sommes confrontés à une nouvelle réalité. La Grèce, déjà ‘blessée’ par la crise, doit maintenant faire face à un nouveau problème, encore plus compliqué. Et alors qu’au cours de la décennie précédente, la crise a successivement frappé l’industrie de la construction, l’immobilier puis les banques mais nous avons pu compter sur le tourisme, il reçoit désormais un coup dur.

Bien que la réaction soit attendue d'ici 2021, le coup sera dramatique.

50% du PIB en Crète et 70% de celui des iles Ioniens, provient du tourisme. Avec 750K chômeurs provenant du secteur du tourisme au mois d’aout, le taux de chômage s’élèvera à plus de 35%.

La flexibilité du gouvernement à réagir ainsi que la société en elle-même, seront mis à l’épreuve.  Les entreprises devront être soutenues afin de pouvoir survivre et ne pas avoir du potentiel de production détruit.

M. Vogiatzis, en votre qualité de consultant, quels sont selon vous les trois défis le plus importants auxquels feront face les entreprises grecques après la fin de la pandémie ?

Dans le monde des affaires, nous avons souvent été témoins d’échec du nouveau et révolutionnaire, car pas adopté par le public. Ce comportement, vient de la nature de l’homme à ne pas accepter le changement.

La pandémie, comme toute crise, offre une occasion inattendue de revoir et de simplifier les procédures. Il s’agit d’un tri forcé, de ce qui est important, ce qui ajoute vraiment de la valeur et ce qui contribue au développement durable.

Même les plus sceptiques, ont bien compris la nécessité de flexibilité de décision et de structure. Reste maintenant à les maintenir dans la durée. Le coronavirus, nous a confirmé que le mal peut survenir à tout moment et avoir un impact beaucoup plus important que prévu. Malheureusement, l’entreprise grecque n’était pas préparée à de telles menaces car traditionnellement ces ‘défenses’ sont plutôt orientées vers la lutte contre le cadre fiscal et réglementaire multiforme.  

Seules les entreprises cotées et auditées disposent d'un plan de continuité d'activité structuré et audité (business continuity plan).  Le lendemain, exige la rédaction d’un tel plan par toutes les entreprises sans exception. Je tiens à être très ferme à ce propos. L’excuse qu’un tel plan ne s’applique qu’aux grandes entreprises, trouve sa réponse dans la question suivante : combien de temps peut tenir une PME sans systèmes, bureaux et personnel, du jour au lendemain ?
Cette fois, la pandémie a été une opportunité inattendue d'accélérer l'automatisation numérique et le télétravail, avec un tel succès et un tel rythme de mise en œuvre que des actions soigneusement planifiées par le passé n’avaient pas réussi à faire. Cependant, la transformation numérique est un processus complexe et continue qui ne se limite pas au télétravail et aux réunions numériques.  Il est efficace uniquement s'il n'est pas abandonné et s'étend autant que possible verticalement aux fonctions opérationnelles. Mais le résultat est gratifiant, car l'activité numérique se révèle durable. Le gouvernement a saisi l'occasion pour accélérer la transition vers la gouvernance numérique. Le début est fait.  La nouvelle façon de travailler, l'économie numérique, doivent rester et devenir notre nouvelle habitude. Notre nouveau quotidien. L'opportunité pour les entreprises et le secteur public est énorme.

Mazars offre des services en matière d’audit, de services financiers, de conseil fiscal et juridique. 40 400 professionnels au service de clients dans le monde entier : 24 400 professionnels répartis sur 91 pays dans le partnership intégré unique de Mazars et 16 000 professionnels aux États-Unis et au Canada via Mazars North America Alliance. Mazars a une présence physique en Grèce avec des bureaux à Athènes et Thessalonique, et avec des cadres expérimentés couvre tous les besoins des entreprises modernes.

Ilias Zafeiropoulos : PDG Mazars Grèce

Stelios Vogiatzis : Directeur Conseil aux entreprises, Technoligie et Durablilité, Mazars Grèce

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

FBC Insights